L' Ordre de Saint Michel


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Droit canon -Livre 1- : L'Eglise séculière.

Aller en bas 
AuteurMessage
Gregorry de Sambre
invité
avatar

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 22/04/2006

MessageSujet: Droit canon -Livre 1- : L'Eglise séculière.   Lun 13 Nov - 11:34

[RP et IG]
Règlement de l'Eglise Aristotélicienne

Préambule:

La Sainte Eglise de Dieu fut instituée par l'accord commun des héritiers d'Aristote et des disciples de Christos. Ces sages, conscients de la faiblesse humaine, voulurent que les enseignements des élus de Dieu soient transmis par des hommes qui garderaient intacts le dépot de la sagesse et de la révélation.

Dans ce but, l'Eglise, afin d'accomplir au mieux sa mission divine, a décidé d'instituer des rêgles claires et précises, permettant ainsi l'efficace développement de son activité salvatrice. Ainsi une entorse à cette charte pourrait mettre en péril l'Eglise même, dans son fonctionnement et dans sa sainteté. C'est pourquoi nous maudissons ceux qui, dans leur fol orgueil, auraient l'audace d'y contrevenir et de mépriser les lois divines de la Sainte Eglise Aristotélicienne.


Le peuple Aristotélicien


Art 1 : Qui est Aristotélicien ?

§1: Un Aristotélicien est un homme ou une femme qui a reçu validement le sacrement du baptême.

§2: Le sacrement du baptême peut se recevoir quand l'enfant a atteint l'age de raison. Il est un engagement conscient vers la maturité de la Foi.

§3: Les Archives du Vatican sont le lieu où ceux qui aspirent à la Foi s'inscrivent. Tous les baptisés doivent y être inscrits, mais tout ceux qui y sont ne sont pas forcément baptisés.

§4: Est considéré comme baptisé un humain pouvant produire un témoignage digne de foi assurant la réalité de son baptême. Ce témoignage peut-être celui du prêtre qui l'a baptisé, ou celui de ses parents ou amis qui l'ont assistés lors de ce baptême.

§5: Celui qui est baptisé l'est pour la vie. Ce sacrement ne peut être administré qu'une fois à la même personne.


Le statut de clerc


Citation:
Dans l'Eglise certains sont appellés à être davantage que de simples aristotélicien: ils sont appellés à être les guides de leur troupeau, et ils reçoivent pour cela une grace spéciale qui se nomme l'ordination. Si le baptême introduit dans la communauté spéciale qu'est l'amitié aristotélicienne, l'ordination fait du fidèle croyant un membre à part, choisi, élu pour une fonction particulière qui est celle de guider les fidèles et d'être le canal de la lumière dans les âmes.

(dogme de l'amitié Aristotélicienne, chapitre troisième )

L'Eglise s'est, tout au long de son histoire, forgé une identité forte et unique dans les royaumes. Les clercs, ou prêtres, sont les représentants de la Eglise Romaine et toutes ses composantes. Ils sont les gardiens de ses valeurs, de ses règles et de son identité, et sont les guides de tous les aristotéliciens à travers les royaumes.


Art 2 : Qui est clerc ?


§1 Un clerc est un membre de la voie de l'Eglise de niveau 3 ayant choisi la voie Aristotélicienne. Tous les membres de la hiérarchie de l'Eglise sont des clercs (sauf pour les diacres et chanoines qui peuvent être laïc ou clerc)

§2 Le Laïc est celui qui n'est pas clerc, autrement dit, qui n'est pas niveau 3 voie de l'eglise.

§3 Le clerc doit respecter ces règles pour appartenir à l'Eglise Aristotélicienne RP :

Citation:
-Le clerc ne peut être membre d'une organisation hérétique.
-Le clerc reconnait et applique le dogme Aristotélicien.
-Le clerc reconnait et respecte le droit canon Aristotélicien.
-Le choix de la voie de clerc est irréversible, il ne peut pas se désengager du voeu.
-Le mariage d'un clerc est impossible, celui ci ou celle ci reserve son amour exclusif à Dieu.
-Le clerc ne peut porter les armes, il ne pourra donc pas être responsable d'un ordre militaire.
-Le respect de la hiérarchie doit être assumé par tous les clercs. Le supérieur d'un clerc est toujours celui qui peut le nommer ou le destituer.
-Comme pour les règles élémentaires des RRs. Aucuns clônes avérés dans les magistères ne sera accepté parmis les clercs.
-Concernant le clerc et les pouvoirs laïcs :
L'Eglise doit passer avant tout pour un clerc, il doit vivre pour elle, penser pour elle, et faire pour elle.
Le danger est d'utiliser l'Eglise et son influence à ses fins personnelles.
Néanmoins, il peut lier les pouvoirs spirituels et les pouvoirs temporels a condition :
Qu'il s'assume comme clerc et porte son titre écclésiastique devant la population (curé, évêque, archevêque, etc).
Si la population accepte un archevêque ou un cardinal comme seigneur, tant mieux, mais il ne doit absolument pas mettre en retrait ses fonctions écclésiastiques.
Si l'Eglise et le pouvoir spirituel est sacrifiée au profit d'intérêt laïcs par un prélat, ce prélat risque de sanctions. L'inquisition surveillera cela et prendra les mesures adéquates en cas de nécessité.
-Le clerc est totalement indépendant des seigneurs laïcs, aucune interférence ne peut avoir lieu. Ils ne sont liés que par un éventuel concordat.
-Les trois lieux officiels où les clercs peuvent s'organiser et effectuer des cérémonies sont :
1) Rome
2) Le forum officiel
3) Le forum de l'Eglise métropolitaine
.


La hiérarchie de l'Eglise.


Cette hiérarchie à travers de laquelle l'action divine se réalise se divise en plusieurs degrés:

Art 3 : Le Pape est au sommet de l'Eglise, il est l'intermédiaire entre Dieu et les hommes. Il possède tout pouvoir sur l'Eglise et ses décisions sont sans appel. Il gouverne en s'appuyant sur la Curie qui est son conseil et son gouvernement. Il est élu par la Curie à la majorité des 2/3.

Art 4 : La Curie, gouvernement de l'Eglise, est composé des cardinaux choisis par le Pape (après avoir pris conseil de la Curie) en fonction de leurs mérites. Ces cardinaux sont choisis parmi les évêques des diocèses aristotéliciens.

Art 5 : Dans la mesure du possible chaque pays sera représenté à la Curie par au moins un cardinal.

Art 6 : Du mode d'élection des cardinaux:

§1: Si le pape choisi lui même un cardinal alors cette nomination se fait sans qu'il soit besoin d'autre procédure que la volonté du Pontife.

§2: Si c'est la Curie qui choisit un nouveau cardinal, un vote sera organisé au sein de ce conseil, pour désigner l'évêque qui sera le plus apte à servir l'Eglise au plus haut niveau.

§3: Un évêque élu ou choisit peut toujours refuser cet honneur. Dans ce cas la Curie devra procéder à un nouveau vote pour choisir un autre cardinal.

§4: Nul ne peut prétendre à l'honneur du Cardinalat, en conséquence aucun appel d'offre ne sera institué pour cette élection.

Art 7 : Les évêques.

§1: Après le Souverain Pontife et les cardinaux, le troisième rang dans l'Eglise est celui des évêques.

§2: L'évêque est un clerc choisi par le Pape et la Curie pour diriger un diocèse. Il est le père des fidèles de ce diocèse et a la responsabilité morale de leur bien spirituel.

§3: Un évêque est soit archevêque métropolitain, soit archevêque suffragant, soit évêque suffragant soit évêque "in partibus" selon le statut du diocèse auquel il a été lié. Ces distinctions ne sont pas des distinctions de nature mais de dignité et d'honneur.

§4: Chaque évêque est libre de gouverner son diocèse comme il l'entend, sous réserve qu'il respecte les prescriptions de l'Eglise. Cette autonomie de gouvernement ne le dispense pas de travailler en commun avec les autres évêques et son archevêque métropolitain dans le cadre de sa province ecclésiastique.

§5 Chaque évêque est relié aux assemblées épiscopales des royaumes où ils exercent une autorité en temps qu'Evêque.
Les évêques in partibus pourront rejoindre l'assemblée du royaume de leur résidence principale

Art 8 : Les curés et le conseil diocésain.

§1: Chaque village possède une cure, qui doit être tenue et administrée par un curé. Le curé est un clerc nommé par l'évêque. Il peut gérer sa paroisse comme il l'entend, dans le respect des lois de son diocèse et de l'Eglise.

§2: Les curés peuvent nommer des diacres, qui les assisteronts dans leur tache. Les diacres peuvent être soient des clercs, soient des laïcs. Les diacres à l'inverse des curés, peuvent être affiliés à plusieurs paroisses.

§3: Les évêques sont assistés dans leur tache par un conseil diocésain. Les membres du conseil sont nommés chanoînes.
Tout comme les diacres, les chanoines peuvent être soient des clercs, soient des laïcs.
Chaque évêque règle à sa guise le fonctionnement interne du conseil diocésain, toutefois il est tenu de le consulter régulièrement pour les questions d'importance.

§4: Les conseillers diocésains sont: Le responsable du trésor, le responsable de la doctrine, le responsable des relations avec les curés, le "teckel à poil ras", le consultant en religion et le responsable des diocèses.

§5: Les diocèses suffragants ne possèdent pas de consultant en religion et de responsable des diocèses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Droit canon -Livre 1- : L'Eglise séculière.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Du Droit Canon et de l'Officialité Épiscopale
» Le Droit Canon
» Nécessité n’a pas de loi ? Sarah
» LIVRE II - DES LIBERTES ET DROITS FONDAMENTAUX (26/10/57)
» Fête du Livre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L' Ordre de Saint Michel :: Au pied du Castel :: Bibliothèque :: Ouvrages religieux-
Sauter vers: